Accueil Presentation Reparations Tarifs Section technique Contact

Le pilotage de nuit.

Cette saison d’hiver, en plus de conditions climatiques défavorables, est aussi caractérisée par des jours relativement courts et donc un pilotage de nuit beaucoup plus fréquent. Il y a dans ces conditions quelques précaution à prendre :

Lorsque la nuit tombe, les conditions changent. Vous voyez moins bien et les autres usagers vous voient également moins bien. Les notions de vitesse et de distance sont faussées par la visibilité réduite et l’incapacité de juger de la perspective et des dimensions par rapport à la tailles des obstacles en bord de route. Plus que jamais, « voir et être vu » doit donc être notre devise.

Commençons par le début, ne jamais supposer que toutes nos lumières fonctionnent. Un mauvais contact ou une ampoule arrière grillée peuvent passer inaperçus et augmenter considérablement les risques de circulation. Ça ne prend pas beaucoup de temps de vérifier avant chaque départ nocturne…

Un truc bête mais important : jetez un œil à votre niveau de carburant avant le départ. Un panne sèche en pleine obscurité est forcément synonyme de galère et de prise de risques considérable (surtout en rase campagne).

N’hésitez pas à redoubler d’attention sur l’état et la pression de vos pneus. Plus encore qu’en plein jour, ils ne doivent pas vous lâcher lors d’un évitement ou d’un freinage imprévu. Modérez votre allure, n’oubliez pas que votre champ de vision se résume à la portée de votre phare et que le reste peut réserver des surprises. Il est aussi important de garder un phare correctement réglé ; en effet cela ne nous gène pas forcément s’il éclaire un peu haut mais le conducteur venant en face peut très facilement faire un écart s’il est ébloui. Sauf sur route complètement dégagée, préférez donc les feux de croisement qui éclairent mieux le côté de la route et éblouissent nettement moins.

Pour garder une bonne visibilité, ne pas rouler trop près des autres véhicules, ne rouler pas trop près des trottoirs en ville pour mieux voir et éventuellement éviter une portière qui s ‘ouvre. Bref de nuit, la chose primordiale est de rester vigilant quelle que soit la situation. Il faut redoubler de prudence et être attentif à chaque indice, ne présumer de rien. Si vous ne voyez pas, si vous n’êtes pas totalement sûr de la situation, n’y allez pas ! Ne jamais se mettre en péril en s’engageant dans une situation dont on ne maîtrise pas l’issue.

Bon ça peut paraître un peu du sermon ou de la redite mais je vous promets qu’après avoir lu ces quelques lignes non exhaustives, cela vous rappellera quelques situations inconfortables déjà vécues et dont l’issue a , je l’espère, toujours été favorable. Allez, ne perdez pas le moral, les beaux jours ne vont pas tarder, on va enfin pouvoir s’enivrer de notre antidépresseur préféré…